You are here

PressRelease from The VOICE Refugee Forum on Brandenburg State intention to loosen the residence restriction for Asylum seekers.

DEUTSCH: Aufruf zur Spende für die Flüchtlingscommunitys in den Lagern: Brecht die Isolation! Alle Lager schließen!
ENGLISH: Make Donation for the Refugee Community in the lagers! - Break the Isolation! Close all lagers!
Refugees are themselves Fighters - Rex Osa, The VOICE in Baden Württemburg

Deutsch: PM Von The VOICE - Anläßlich der Auflockerung der Residenzpflicht für Asylbewerber in Brandenburg

French: >> Communiqué de presse: The VOICE sur l'annonce du gouvernement du Brandebourg d'abolir les restrictions de résidence pour les demandeurs d'asile.

Press Release from The VOICE Refugee Forum on Brandenburg State intention to loosen the residence restriction for Asylum seekers.

Caravan for the rights of refugees and migrants in Germany

The VOICE Online on Residence Restriction and Obligation for Refugees in Germany
Refugee Residence Obligation in Isolation Camp
**

Press Release from THE VOICE Refugee Forum
Noticing the Brandenburg State intention to loosen the residence restriction for Asylum seekers.

We welcome the Brandenburg State government intention to abolish the residence restriction obligation law “Residenzpflicht” within its region. Nevertheless, we still see the rights of the refugees and migrants as a game in the hands of Germany and its racist System. This game exposes the conviction of some German – and also its left wing Activist- and their compromise of refugee birthright in Europe.

The tendency to loosen the residence restriction is not only unique to the states of Berlin or Brandenburg, but also practiced in Bremen and Bavaria. We regard such approach as hypocritical and criticize it as not being fundamental to the question on the issue of residence restriction but rather as a kind of latent racism and concealed support for apartheid.
· It fails to acknowledge that the inviolable right of humans to move freely is missing.
· So called tolerated refugees (“Geduldete”) will still be faced with residency restriction. This segregation of humans with rights from those without rights is associated with racist idea that must be abolished.
· THE VOICE demands no right in part! No compromises with the rights of humans! Freedom of movement for all in Germany and Europe! Residenzpflicht must be abolished!

Loosening the residence restrictions in Brandenburg is being celebrated as a positive step of direction of success to human rights. As The Voice Refugee Forum we are not delighted not only because the freedom of asylum seekers is being strongly limited even after this partial abolition, but also because this regulation applies only to 1100 refugees whose cases are still pending. The so called tolerated “Geduldete” refugees have always been deprived of this freedom and are still exposed to the harassment of the foreigners' authorities.
The residence restriction law has since 1982 violated the self determination of refugees' life. This law is just a part of structural racism from what we understand from a wider spectrum of special laws applied to those who are not Germans.

Accommodating refugees in remote places keeps them isolated and aliened. Notwithstanding the experiences and traumas they may have been through in their home country and on their way to Europe, they are taken through another psychological torture here in Germany.
Part of this institutionalized torture is this residence restriction, serving as an instrument to criminalize refugees.
The accommodation in camps, the voucher system and residence restriction are all living conditions purposely created to exhibit the German racist culture of making refugees go throw difficulties to ease their deportation back to that land where their life is endangered.
The VOICE Forum has since 2000 fought against such special laws like “Residenzpflicht” and initiated strategies of civil disobedience.

„Some activists ended up in jail, some still awaits warrant of arrest. Felix Otto spent 6 months in jail and was deported to Cameroon where he is suffering now. We feel irritated and angry that others celebrate victory over the compromised loosening of the residence restriction in one region.” According to the speaker of The VOICE Refugee Forum Yufanyi Mboli, it is a big shame for Germany. “The total abolition of the residence restriction in Germany is the only way to acknowledge the rights of the refugees and we shall continue until this Apartheid law existing only here in Germany is abolished.

THE VOICE continues to call on refugees to join the campaign of civil disobedience against the Residenzpflicht and demands immediate abolition of this special racist law.

Let us not forget that Germany had a similar edict during the National Socialist regime. In 1938, a similar regulation for foreigners was enacted in the “Ausländerpolizeiverordnung” of 22nd August 1938.

Kontakt: Yufanyi Mbolo: The VOICE Berlin: +49(0)170/8788124

residenzpflicht-apartheid-reader.pdf
thevoiceforum/taxonomy/term/18
thecaravan.org/taxonomy/term/16

1 Ulla Jelpke Pressemitteilung von 7.7.2010
2 Siehe z.B das Asylbewerberleistungsgesetz, gesetze-im-internet.de/bundesrecht/asylblg/gesamt.pdf
3 Siehe: thevoiceforum.org/Apartheidgesetzen)
4 Reichsgesetzblatt, Teil I, 25. August 1938, Nr. 132, Seite 1055

Mehr links:
thevoiceforum.org/Residenzpflicht
thecaravan.org/residenzpflicht

END

The VOICE (Refugee) Forum Berlin
Haus Bethanien- Südflügel
Mariannenplatz 2 / 10997 Berlin
Handy:+49 (0)170/8788124
E-mail: The_voice_berlin@gmx.de
Bankverbindung: Kto.Nr.: 127 829, BLZ: 260 500 01, Sparkasse Göttingen

french

Communiqué de presse: The VOICE sur l'annonce du gouvernement du Brandebourg d'abolir les restrictions de résidence pour les demandeurs d'asile.

Nous saluons l'intention du gouvernement du Brandebourg, soi disant la dissolution de l'obligation de résidence . Néanmoins, à notre avis, C'est le jeu des Allemands et leur système racistes avec les droits des réfugiés et des migrants. Nous disons: Ce jeu expose la croyance de certains allemand et le militante gauche que
les droits fondamentaux des personnes qui sont venus ici en tant que réfugiés, sont négociables.

La tendance à dissolue l'obligation de résidence "Residentphlicht", existait pas seulement à Berlin et Brandebourg, mais aussi à Brème et le Bayern. Nous considérons des approches telles que l'hypocrisie, l'existence de l'obligation de résidence ne remet pas en question et le critiquer comme une sorte de racisme latent et un soutien clandestin de l'apartheid.

La reconnaissance du mouvement de chaque personne et de ses droits inviolables, est toujours pendante.

réfugiés en tolérance continuent à souffrir de ladite. Cette division entre les personnes qui obtiennent leurs droits, ceux qui ne obtiennent pas leur droit. ce qui appartient à un schémas racistes de la pensée et doivent être combattues.Le «VOICE» ne support pas la moitié des droits! Pas de compromis quand il s'agit de droits de l'homme! Droit à la liberté de circulation dans toute l'Allemagne et à travers l'Europe pour tous! La condition de résidence a limitée doit être abolie!

L'abolition des restrictions de circulation en Brandebourg sont célébrés dans ces derniers jours, c'est le succès des droits de l'homme et également «une étape importante dans la bonne direction. Nous "VOICE REFUGEE FORUM" réjouissons pas de la «détente». Non seulement parce que la liberté des demandeurs d'asile, même après l'abrogation, est encore très limitée, mais aussi parce que le régime couvre d'abord que les 1100 réfugiés dont la procédure d'asile n'est pas encore terminée. Réfugier en tolérance n'ont toujours pas la liberté de mouvement et sont encore l'objet de harcèlement par les autorités de l'immigration Depuis 1982, l'obligation de résidence de la circulation et le droit à la vie autonome a été blessé. La condition de résidence n'est qu'une partie du racisme structurel, nous entendons un large éventail de lois spéciales à adopter pour les personnes sans nationalité allemande .

Le logement des réfugiés dans des endroits plus éloignés entrepôt conduit à leur isolement et d'aliénation. Les gens ont souvent vécu par leurs expériences dans leur pays et sur le chemin de l'Europe traumatismes graves, ont à souffrir de nouveau en Allemagne sous la torture psychologique.

Lors de cette torture institutionnels , y compris l'obligation de résidence, qui sert aussi à criminaliser les réfugiés.

Le Camp de isolement, le système de bons et de la restriction de résidence sont toutes les conditions de vie des réfugiés qui ont été créés avec l'intention consciente et racistes, à rendre plus difficile la vie des réfugiés et leur expulsion vers le danger.Depuis 2000, Le VOICE lutte contre les lois spéciales telles que l'obligation de résidence et appelle a la stratégie de
désobéissance civile .

"Certains d'entre nous sont des activistes ont fini en prison et pour les autres, il y a déjà un mandat d'arrêt. Felix Otto a été emprisonné six mois, puis expulsé vers le Cameroun, où il souffre maintenant. Par conséquent, il nous rend furieux que les autres font des compromis aujourd'hui et encourager l'assouplissement "dans un État fédéral. C'est une honte pour l'Allemagne », dit le porte-parole de VOICE Yufanyi Mbolo. «Reconnaissant l'abolition de l'obligation de résidence en Allemagne est le seul moyen pour les droits des réfugiés et nous n'arrêterons pas jusqu'à ce que cette loi d'apartheid qui existe en Europe seulement en Allemagne, sera aboli."

VOICE appelle donc tous les réfugiés continuent d'être affectés à la désobéissance civile contre l'obligation de résidence et demande l'abolition immédiate de la présente et toutes les autres lois spéciales!

N'oublions pas que l'Allemagne pendant la période nazie, avait déjà une ordonnance similaire .

En 1938, un système similaire (pour les étrangers) dans la police des étrangers du 22 19 août 384 adoptée.

Pour plus d'informations:

The VOICE (Refugee) Forum Berlin
Haus Bethanien- Südflügel
Mariannenplatz 2 / 10997 Berlin
Handy:+49 (0)170/8788124
E-mail: The_voice_berlin@gmx.de
Bankverbindung: Kto.Nr.: 127 829, BLZ: 260 500 01, Sparkasse Göttingen

french

ARCHIVES.
french
Invitation à la réunion préparatoire du congrès et la célébration des 10 ans du the Voice Refugee Forum.
REUNION PREPARATOIRE --- DIMANCHE, 19 SEPTEMBER --- à partir de 12 midi --- YORKSTR. 19 (un étage plus bas des bureaux d´ARI).
Du 13 au 16 octobre Le The Voice Refugee Forum et les divers groupes de support aux immigrants organisent un congrès sous le moto :Tous unis pour la liberté de mouvement! L´événement se tiendra à l´école pour l´education des personnes adultes à Mehringhof.Parmi
d´autres invités, Thebme Mbhele du Forum Anti-Privatisation en Afrique du Sud, Nuala Mole du centre de conseil pour les droits individuels de Londres, aussi bien que bon nombre d´activistes réfugiés et émigrés internationaux de Berlin,Brandenburg et de l´Allemagne y prendront part aussi
Nous aimerons premièrement avoir vos idées au sujet du programme, la mobilisation et tout autre point qui vous concernerait vous et/ou votre groupe.
De ce fait nous lançons un appell pour:
Nous vous serions reconnaissant si vous pouviez prendre part à cette réunion, compte tenu du fait que pour nous réfugiés et émigrés qu´il soit très important de discuter de nos situations respectives et comment le congrès pourrait être vu comme un point de rencontre , discussion et d´organistion individuelle.
Ci-dessous se trouve le programme et l´appell qui sera assorti de 4000 papier-volants qui seront prêts et disponibles lors de la réunion préparatoire en anglais,français, allemand, espagnol et en arabe .
On espère vous tous voir lors de cette réunion
.
Proposition de programme:
Mercredi 13 Octobre ?
18.00: Présentation du Congrès; Assemblée
21.00: Concert ? Invités spéciaux
Jeudi 14 Octobre
Titre: Lutte pour la Liberté de Mouvement!
- 9.30-11.45 L´Apartheid en Allemagne: La loi de la Residenzpflicht
(Flüchtlingsinitiav Brandenburg/Human Rights Lawyer/The Voice)
- 12-13.30: Le mur de l´Apartheid en Palestine (Activiste de la paix en provenance d´Israel)
- 14.30- 16.30pm: Apartheid et Exclusion en Afrique du Sud (Thembe. Mbhele/
Forum Anti-Privatisation - FAP/Afrique du Sud)
16.45-19.00: Travaux d´ateliers: Luttes pour la liberté de mouvement Film ? La 4 ème Guerre mondiale (présenté par Thembe Mbhele - APJ/Afrique du Sud)
Vendredi 15 Octobre
Tire: Illégalisation, Brutalités policières et contrôles plus déportations et camps
09.30- midi:Un rapport sur les abus:Réfugiés et émigrés s´expriment (A coeur ouvert)
Midi- 14.30: Litiger les abus et violations des Droits de l´Homme auprès de la Cour Européenne des Droits de l´Homme. (Mme Nuala Mole, Centre de Conseils aux
Droits individuels/Londres)
-15.30 -18.30: Travaux en ateliers (Illégalisation, Contrôles et Déportations)
Introduction:
SPI/Iran, Caravane Hamburg, The Voice -20.30: Les implications de la nouvelle loi sur les
étrangers en Allemagne(Avocats des droits de l´homme/Caravane/The Voice /Bremen)
Samedi 16 Octobre
-09.30 - 10.30: Présentation de la conférence Anti-Coloniale /Berlin
-
10.30 –13.00: Solidarité Internationale et les
organisations des par et pour les réfugiés et émigrés(A coeur ouvert)
-15.00: Assemblée finale
20.00: Concert à SO36 (Kreuzberg; U-Bahn Görlitzer Bhf): Brothers
Keepers
Et l´appell:
QUI SOMMES-NOUS?
The VOICE Refugee Forum est un forum des activistes qui luttent pour les droits des réfugiés en Allemagne. En 1994, quatre réfugiés africains avaient créé The VOICE à Mühlhausen-Theringen après le “compromis d’asile” (Asylkompromiss) de 1993.
A cause de ce “compromis”, des droits essentiels des réfugiés en Allemagne ont été éliminés. Au cour de ces événements il devenait evident que les refugiés et les demandeurs d’asile ont besoin d’une organisation pour euxmêmes comme plate-forme contre les violations des droits
de l’homme. Ensemble, on lutte contre le racisme et la dégradation des conditions de vie auxquelles les autorités allemandes soumettent les réfugiés et demandeurs d’asile.
La loi de la résidence obligatoire (Residenzpflicht) a été introduite en Allemagne en 1982 afin de limiter le mouvement des demandeurs d’asile à leurs districts adminitratifs pendant les procédures d’asile. Donc, la loi de résidence obligatoire nie la liberté de mouvement des réfugiés et en plus la liberté d’assemblement et d’ opinion.
QUELS SONT LES BUTS DE CE CONGRÈS?
A part de dénoncer les violations des droits de l’homme de l’état allemand contre les immigrés et les réfugiés et de générer la pression publique sur les autorités allemandes,
nous voulons lier la lutte de The VOICE aux autres domaines et avec autres groupes. En plus, nous voulons discuter les violations de la liberté de mouvement hors de l’Allemagne. Les réfugiés et les immigrés souffrent de plusieurs mécanismes d’exclusion et de régulations
comme la loi de la résidence obligatoire et “l’illegalisation“.
Mais nous tous souffrons de contrôles racistes, nous tous résistons au pouvoir de l’état et nous tous luttons contre la déportation. Nous voulons surmonter l’isolation des espaces des refugiés et des immigrés pour établir la solidarité entre nous et pour ajouter notre énergie à nos luttes.
Nous voulons élever notre lutte pour la liberté de mouvement à un niveau plus avancé et plus fort!_
POURQUOI EST-CE QU’IL EST IMPORTANT DE PARTICIPER?
Ce congrès est organisé avec, par et pour les refugiés et les immigrés vivants ici avec ou sans papiers. Cet événement marque la célébration du dixième anniversaire de The VOICE. Les thèmes principaux de ce congrès seront:
liberté de mouvement, les restrictions de mouvement dont font face les immigrés et les conséquences dues à toutes ces restrictions. Il ne s’agit pas seulement de dénoncer le
traitement inhumain dont nous sommes sujets comme étrangers en Allemagne mais aussi d’élaborer avec nos propres voix et décisions des propositions et stratégies afin de résister dans cette situation.
A travers ce congrès, on a l´intention de mettre en place des ponts entre les différentes communautés des immigrés et refugiés à Berlin et en Allemagne afin que nous puissions refléter et discuter sur une base autonome
au sujet des conditions dont nous faisons face, et
collectivement
trouver des stratégies communes, soit que nous sommes demandeurs d´asile ou immigrés, avec ou sans documents. Nous trouvons que les divisions courantes
existant au sein de la communauté des immigrés et refugiés
sont très inquiétantes. Ces divisions sont dues en partie aux différentes tactiques utilisées par l’état allemand afin de nous isoler l´un de l´autre en utilisant les contrôles, répression, illégalisation et lois racistes et en semant la peur pour qu´on ne puisse ni s´organiser, ni s’unir afin de trouver des solutions aux problèmes qui nous affectent tant bien qu´ici que dans nos pays.
Certains de nous sont appelés réfugiés (ceux à qui le droit d´asile a été refusé) et d´autres sont considérés comme en situation illégale sans noms et visages, et d´autres sont considérés comme en situation légale sous réserve conditionelle.
Nous sommes conscients du fait que nous faisons partie de leurs listes de déportation pour les mêmes pays d´origine qu´ils ont détruits par leurs plans économiques injustes et les armes qu´ils vendent à nos soi-disants gouvernements afin qu´ils puissent maintenir la stabilité de la
répression pour mieux exploiter nos ressources et pour perpétuer l´injustice et la répression de notre résistance.
Pour ces raisons, nous demandons à vous tous de participer et de s´engager. Pour nous, il est d´une importance primordiale de transformer ce congrès afin de trouver un espace, où nous pouvons projeter ensemble le futur, afin de présenter notre solidarité dans nos luttes et afin
de trouver des solutions concrètes à ces situations inacceptables.
Vos propositions et votre participation ne sont pas seulement bienvenues mais plutôt indispensables!
CONTACT
thevoice_congress@web.de
Bureau du congrès: 030 – 29778689 o. Sunny: 0179 –
4850098 o. Wilson: 0163 – 3964849
DONATIONS
Förderverein The VOICE e.V., Stichwort “Kongress”,
Kontonr 127829, BLZ 26050001 (Sparkasse Göttingen)
+++++
Chèrs amis,
Distrubuez l'appel suivant pour la manif le 11 décembre à Munich contre les expulsions et les autres violations des Droits de l'Homme des Réfugiés. Mettez l'appel à votre page de l'internet, distribuez les tractes (download http://carava.net/staticpages/index.php?page=20040301131156684).
Et surtout venez à la manif!
Pour d'autres informations appelez: 0178-2121927
Informez-nous si vous voulez signer l'appel avec le nom de votre
group/organisation
En bas, vous trouvez le texte de l'appel en anglais et francais.

Appel à la mobilisation générale contre la violation de Droits de l’Homme en Allemagne
Arrêtez les déportations !! Arrêtez les pressions psychologiques et l’isolationnisme !
Le droit d’asile est un droit de l’homme ! Nous réclamons le droit de libre circulation !
Samedi, le 11 Décembre, à partir de 12.00 heures
Lieu de rencontre : Goetheplatz
Le 10 décembre est la journée internationale de Droits de l’Homme. A cette occasion, nous, la Caravane pour les droits des réfugiés et immigrés, nous organisons cette manifestation le 11 décembre pour dénoncer les déportations et les autres violations quotidiennes dont font l’objet plusieurs réfugiés et immigrés en Allemagne.
L’Allemagne accueille des réfugiés et immigrés du monde entier : entre autres des gens du Nigeria, de l’Ethiopie, du Togo, du Congo, du Soudan, de la Turquie, de la Chine, du Vietnam, d’Iran, de l’Afghanistan, du Kosovo et des roms et des sintés de l’est de l’Europe. Rappelons que ces réfugiés et immigrés ont fuit leurs pays d’origine à cause des guerres, de la dictature, de la persécution et de l’oppression, de la violence sexiste, de
l’exploitation, du manque de liberté ; en somme du manque de la démocratie. Ces conditions sont créées et soutenues par les intérêts économiques et politiques des puissances européennes et des autre pays capitalistes du nord.
Mais quelles sont les conditions de vie de ces réfugiés et immigrés dans ce pays?
- Beaucoup des gens n’ont aucune chance d’entrer dans la procédure d’asile, parce qu’ils sont directement renvoyés dès leurs arrivées sur le territoire allemand.
- Les demandes d’asile sont étudiées de façon hâtive dans le but de toujours donner une réponse négative, bien que le Bundesamt, le ministère des Affaires étrangères, les ambassades et les juges des Cours Administratives connaissent bien les situations palpables dans les divers pays d’origine de réfugiés et immigrés.
- Les autorités comme le Kreisverwaltungsreferat München font toujours des pressions psychologiques sur les réfugiés leurs demandant d’aller chercher un laisser-passer dans leurs ambassades et de quitter l’Allemagne bien que leurs procédures d’asile soient en cours.
- Souvent il y a des chicanes de pression comme le retrait du permit de travail – une méthode utilisée, entre autres, contre les éthiopiens à Munich.
- Dans les camps des réfugies comme à Schwankhardtweg ou à Rosenheimer Str. à Munich il y a des contrôles policiers qui ne respectent pas les droits humains. Exemples : A trois heures du matin, les policiers ou agents du service de sécurité frappent à la porte des réfugies qui dorment en leur demandant : « Ausweis bitte ! »
- Les demandeurs d’asile sont forcés de vivre dans des camps containeurs, à quatre ou à huit dans une chambre ; la liberté de circulation est limité par l’obligation de résidence : si quelqu’un est logé à Landsberg ou à Dachau, il ou elle risque une peine en allant à Munich.
- Les autorités créent des camps de déportation (Fürth, Rosenheimer Str. à Munich) où les gens sont mis sous pression et isolation permanente pour les forcer de quitter l’Allemagne ou de disparaître dans la clandestinité.
- Beaucoup de réfugiés vivent ici en Allemagne pour 10 ans ou plus, souvent avec leurs enfants, mais jusqu’à maintenant, ils n’ont rien que le papier précaire de « Duldung »- un papier qui ne leur permet pas de se créer un futur en Allemagne et qui les laisse dans la peur d’être déporté le prochain jour.
- Les ambassades des pays d’origine collaborent avec les autorités allemandes pour fournir des laisser-passer pour la déportation. En octobre 2004, des représentants de l’ambassade nigérienne sont venus à Munich pour une convocation massive de beaucoup des nigérians, pour préparer leur déportation. Mais les autorités préparent déjà des nouvelles stratégies pour déporter des réfugiés avec un soi-disant laisser-passer européen qui ne dépende plus de la collaboration des ambassades. Cette nouvelle stratégie était déjà utilisée pour déporter des burkinabés de Hambourg en 2004.
- Après tout ça, beaucoup de gens sont déportés dans les pays qu’ils ont fuit, où leur vie est encore en danger, où sévit encore soit la guerre, soit la dictature. Souvent les policiers viennent dans les camps à cinq heures du matin pour amener un réfugié directement à l’aéroport. Quelques fois les gens sont accompagnés dans l’avion par cinq policiers, menottés, enchaînés, endormis, maltraités en cas de défense. Arrivés au pays, les gens sont souvent remis aux autorités du régime qu’ils ont fuit.
- Pour accélérer les déportations, les autorités allemandes en collaboration avec d’autres pays européens, ont commencé à organiser des vols charter européens pour déporter des réfugiés et immigrés dans des divers pays de l’Afrique de l’ouest.
Pour toutes ces raisons, nous lançons un appel pressant à vous tous de sortir massivement pour la défense des nous droits élémentaires. Nous vous rappelons qu’actuellement beaucoup des réfugiés nigérians en Bavière sont gravement menacé de déportation mais aussi des réfugiés d’autres pays, comme les togolais ou les congolais et les éthiopiens , … sont encore en danger. Une injustice contre un individu est une injustice contre tous !
Nous vous informons qu’à partir du premier janvier 2005, la nouvelle loi d’immigration allemande sera en vigueur. Cette loi ne sera pas de nature à faciliter la situation des réfugiés et immigrés. Seulement très peux des gens vont profiter de cette loi, mais pour la plupart des réfugiés et immigrés, il y aura des nouvelles restrictions dans la procédure d’asile et l’accélération de la déportation.
Nous appelons tous antiracistes, réfugiés, immigrés, défenseurs des droits de l’Homme à faire alliance contre ces pratiques abominables et exiger ensemble le droit de rester en Allemagne.
Nous revendiquons l’arrêt des déportations menaçantes, peu importe si au Nigeria, au Togo ou ailleurs, auprès de Kreisverwaltungsreferat München et du Ministère dInterieur! Nous demandons la protection sans conditions pour tous les demandeurs d’asile et autres réfugiés !
Nous déclarons notre solidarité avec les activistes du groupe Caravane Hambourg qui vont aussi manifester le 11 décembre pour le même but que nous, contre les déportations et surtout pour l’arrêt de l’utilisation des charter européens de déportation.
Notre but est le droit de séjour pour tous les gens qui veulent vivre ici.

Kontakt: Yufanyi Mbolo: The VOICE Berlin: +49(0)170/8788124



1 Ulla Jelpke Pressemitteilung von 7.7.2010
2 Siehe z.B das Asylbewerberleistungsgesetz,
3 Siehe: http://www.thevoiceforum.org/Apartheidgesetzen">)
4 Reichsgesetzblatt, Teil I, 25. August 1938, Nr. 132, Seite 1055

Mehr links:

END

The VOICE (Refugee) Forum Berlin
Haus Bethanien- Südflügel
Mariannenplatz 2 / 10997 Berlin
Handy:+49 (0)170/8788124
E-mail: The_voice_berlin@gmx.de
Bankverbindung: Kto.Nr.: 127 829, BLZ: 260 500 01, Sparkasse Göttingen

************************************************************
Trotz Abschaffung ausgeschlossen
Initiativen monieren, dass viele Flüchtlinge und Geduldete weiter von der Residenzpflicht betroffen sind
Von Marina Mai 30.07.2010 / Berlin / Brandenburg

Einen Tag nach der Verkündung der Lockerung der Residenzpflicht für Asylbewerber und geduldete Flüchtlinge in Berlin-Brandenburg gesellt sich zu der Freude über die Erfüllung einer langjährigen Forderung von Flüchtlingsinitiativen auch Kritik. Die Flüchtlingsräte der Länder fordern Nachbesserungen: »Wir fürchten, dass wegen der restriktiven Ausschlussgründe nur wenige Flüchtlinge von der Neuregelung profitieren.«
ND-Probeabo

Seit gestern hatten Berlins Innensenator Ehrhart Körting (SPD) und Brandenburgs Innenminister Rainer Speer (SPD) in abgestimmten Erlassen Asylbewerbern und geduldeten Flüchtlingen erlaubt, das jeweilige Nachbarland unbürokratisch zu besuchen. Dafür ist in Zukunft nur noch eine einmalige Erlaubnis nötig, die für den gesamten Zeitraum des Asylverfahrens oder der Duldung gilt. Bisher musste man für jeden Besuch im Nachbarland eine Extra-Erlaubnis bei der Ausländerbehörde einholen. Viele Brandenburger Ausländerbehörden haben diese verweigert, selbst wenn Flüchtlinge in Berlin Verwandte, eine Schule oder das Behandlungszentrum für Folteropfer aufsuchen wollten.

Der Pferdefuß an dem neuen Erlass: Ausgeschlossen werden sollen Straftäter und »Geduldete, die ihre Rückführung vorsätzlich verzögern, indem sie ihre Identität verschleiern oder bei der Passbeschaffung nicht mitwirken«.

Der zweite Ausschluss beträfe, so die Flüchtlingsräte, »in der Praxis bis zu 50 Prozent der Geduldeten – in sehr vielen Fällen zu Unrecht. Schon bei Fehlen eines gültigen Reisepasses werfen die Ausländerbehörden den Betroffenen i.d.R. mangelnde Mitwirkung vor. Sehr oft ist aber die Beschaffung eines Passes gar nicht möglich.« Etwa dann, wenn Herkunftsstaaten Flüchtlinge aus politischen Gründen nicht zurücknehmen. Weiter heißt es: »Einige Botschaften arbeiten nicht ordnungsgemäß, manche Botschaften stellen Pässe nur gegen hohe Schmiergelder aus und in vielen Fällen wird für den Passantrag auf die Zuständigkeit der Behörden im Herkunftsland verwiesen. Nicht selten – häufiger z.B. bei den Nachfolgestaaten der ehemaligen Sowjetunion – mag keine der in Frage kommenden Botschaften die Staatszugehörigkeit bestätigen.« Die Folge sei, so Kay Wendel vom Brandenburger Flüchtlingsrat, dass weiterhin die Sachbearbeiter in den Ausländerbehörden über die Bewegungsfreiheit von Flüchtlingen entscheiden könnten.

Die grünen Fachpolitikerinnen Canan Bayram aus Berlin und Ursula Nonnemacher aus Brandenburg kritisieren in einer gemeinsamen Erklärung den Ausschluss von Straftätern aus der Bewegungsfreiheit. »Da eine Straffälligkeit von AsylbewerberInnen häufig auf Bagatelldelikten wie gerade dem Verstoß gegen die Residenzpflicht beruht, ist das besonders fragwürdig.« Es handle sich hier um eine Schikane von Berlin und Brandenburg, die nicht auf bundesrechtliche Vorgaben reagiere. Sie kündigen eine Behandlung dieser Ausschlusskriterien in den Innenausschüssen an.

Giyas Sayan von der LINKEN in Berlin hält die Kritik für berechtigt. »Ich habe im Vorfeld mit Herrn Körting darüber diskutiert, konnte mich aber nicht durchsetzen«, sagt er dem ND. Die Flüchtlingsräte fordern deshalb zudem, eine Bundesratsinitiative zur ersatzlosen Streichung der Residenzpflicht zu starten, wie es in der Brandenburger Koalitionsvereinbarung steht. Davon waren beide Innenminister wegen fehlender politischer Mehrheiten zwischenzeitig abgekommen. Georg Classen vom Flüchtlingsrat Berlin: »Der Landtag in NRW hat aber eine solche Initiative kürzlich beschlossen und dabei auf die Unterstützung Berlins und Brandenburgs gehofft.«
http://www.neues-deutschland.de/artikel/176388.trotz-abschaffung-ausgesc...

Languages: